Infos !
Accueil \ Conseils \ Le No-Kill oui mais sous quelles conditions…
Le No-Kill oui mais sous quelles conditions…

Le No-Kill oui mais sous quelles conditions…

L’épuisement des ressources et le changement des mentalités pousse de plus en plus de pêcheurs à relâcher leurs prises. La pratique du No-Kill ne consiste pas simplement à remettre son poisson dans son milieu, mais doit respecter un certain nombre de règles.

Règle N°1 du No-Kill : Limiter les blessures

Il nous ai déjà tous arrivé de remettre à l’eau un poisson avec la gueule déchirée ou une branchie ensanglantée. Vous pouvez  limiter les risques de blessures simplement en diminuant le nombre d’hameçons, voir en modifiant certains leurres. Nous retirons régulièrement les triples pour les remplacer par des hameçons simples. Le poisson piqué se décroche rarement et les hameçons sont plus faciles à retirer. Nous pêchons beaucoup avec des Big Baits armés de série avec de très gros triples. Pour limiter les dégâts, il est nécessaire d’écraser les ardillons sans quoi le poisson sera difficile à décrocher sans être blessé.

Règle N°2 du No-Kill : La saisie du poisson

Il est possible de saisir à la main votre prise de diverses façons sans lui causer de traumatismes physique. Il faudra alors appliquer certaines règles en fonction de l’espèce.

Le cas du brochet et du sandre : Vous pouvez attraper votre brochet ou sandre à la main principalement de deux façons.

Pour les poissons de petite taille, il est préférable de les maintenir par le dos ou le dessous du ventre. En dessous de 60Cm évitez de glisser la main dans les ouïes encore trop petites.

pêche du brochet en no kill

Saisie du brochet par le dos

pêche du sandre au plomb palette

Saisie de sandre par le ventre

La prise en main des carnassiers par les ouïes est plus délicate. Glissez vos doigts le long de l’ouïe sans prendre les branchies avec. Vous pouvez alors décrocher le poisson, le maintenir fermement sans que celui ci soit libre de mouvements.

saisie-du-poisson-pour-no-kill

Saisie du brochet sous les ouïes

pêche en no kill

Main en place dans l’ouïe du brochet

Le cas des petits carnassiers : Bien souvent nous négligeons un peu la prise en main des petits prédateurs comme la perche, le black bass ou les chevesnes, …

Leur prise en main est extrêmement simple, il suffit de glisser le pouce dans la bouche du poisson et de le pincer contre l’index. Chose que la plupart des pêcheurs font! Simplement il est bon de soutenir le poisson sous le ventre avec la deuxième main afin de le soulager de son propre poids.

Ces petits poissons sont plus sensibles, n’oubliez pas de vous mouiller les main avant de les saisir.

saisir une perche

Maintien de la perche

aspe no kill

Maintien de l’aspe

Le cas du silure : Le silure est un cas un peu particulier avec sa morphologie et sa taille dépassant facilement les 2 mètres. Avant de plonger la main dans sa gueule mettez lui une petite tape sur le haut de la tête afin de vérifier son niveau d’épuisement. Généralement lors de cette manœuvre, le silure tente un dernier rush. A ce moment là, vous pouvez le saisir par la mâchoire inférieur.

Sous son air de mastodonte le silure reste un poisson fragile hors de l’eau, évitez les manipulations inutiles et munissez vous toujours de grosses pinces et ciseaux afin d’intervenir rapidement dans les meilleurs conditions.

pêche du silure au leurre de surface

Tenir le silure par la bouche

pêche du silure en float tube

Sortie du silure de l’eau

Règle N°3 du No-Kill : Le bon équipement de capture

En complément d’une bonne paire de ciseaux et d’une pince à long bec, il est impératif d’adapter son matériel de capture à l’espèce pêchée. Un bon équipement limitera les risques de blessures au poisson et son pêcheur.

– L’épuisette : choisissez une épuisette dotée de mailles larges plastiques solides. Elle préserve le mucus du poisson et permet d’éviter les hameçons piqués dans les mailles.

Attention avec les poissons nageurs qui disposent de plusieurs triples. Ils s’emmêlent volontiers dans les mailles, l’hameçon peut plier ou le poisson peut se blesser pendu à l’épuisette. Dans ce cas, baissez l’épuisette pour que l’effet pendu s’estompe.

Test matériel :  Épuisette PEZON&MICHEL

– Le gant de protection : Les pêcheurs les plus expérimentés glissent la main au travers les ouïes pour saisir leur prise. Ce qui n’est pas sans risque sur des poissons agités.  Le gant offre une protection au pêcheur et du grip pour ne pas faire tomber le poisson au sol.

Test matériel : Gant Easy Protect de Caperlan

– Le Fishgrip : L’objet de toutes les polémiques avec les blessures qu’il provoque aux mâchoires des poissons. Cette pince est à oublier pour les pêches d’eau douce! Elle n’est vraiment utile que pour les pêches en mer et sert à maintenir immobile le poisson dans l’eau. Le fishgrip ne doit pas servir à extraire ou porter le poisson sous peine de lui déboiter la mâchoire.

Règle N°4 du No-Kill : La remise à l’eau

Après une brève photo voici le moment magique de la remise à l’eau. Aidez-le à repartir en le maintenant droit tête face au courant. Dans me cas d’une pêche en eau close vous pouvez effectuer un léger mouvement de va et vient. Cette opération fait circuler l’eau dans les branchies et améliore la ré-oxygénation. Ne lâchez pas le poisson tant qu’il ne met pas un gros coup de queue au risque de le voir ce tourner sur le dos quelques mètres plus loin.

gros brochet record du monde pris au mort manier en float tube outcast fish cat deluxe l'expérience de la pêche

En Bref :

Ne parlons plus de No-Kill, mais plutôt de Catch and Release (attraper et relâcher). Cette pratique n’est pas une science exacte, néanmoins si vous respectez vos prises et certaines règles vous aurez d’autant plus de chance de revoir au bout de votre canne un ami commun…

Exemple de Thomas et Ludo de Ciblemouvante qui on pris le même brochet de plus de 120cm avec une année d’écart!

gros-brochet-au-leurre

Brochet pris en 2015

pêche brochet au jerk bait

Brochet pris en 2016

Articles pouvant vous intéresser :
– Comment monter une tête plombée sur un leurre
– Tutoriel montage mort manié maison
– Choisir ses leurres pour le carnassier

Partenaires Raise Fishing : Decathlon.fr / Rodhouse.fr  / Caperlan / MC Technologies / HMF.com / Clee Fishing

8 commentaires

  1. Super article rien à redire la dessus juste top

  2. Article au top comme d’habitude..merci encore..

  3. Je salue l’initiative d’un tel article, mais je rajouterais plusieurs choses, comme par exemple l’énorme risque que constitue la conservation en vivier avant release. Avec l’augmentation du nombre de possesseurs de bateaux, cette pratique se généralise, et les photos de viviers plein à craquer (avec parfois carrément des poissons morts…) sont de plus en plus fréquentes sur la toile. Or, le stress généré et le facteur oxygène sont critiques dans ces conditions. C’est une pratique à proscrire si l’on souhaite vraiment faire du no-kill!

    Je rajouterais aussi qu’il faut essayer au maximum de conserver le poisson dans l’eau pendant le décrochage de l’hameçon, déjà car chaque seconde passée à l’air libre diminue les chances de survie, et d’autre part car poser un poison à terre ou sur un bateau lui fait perdre du mucus et augmente les risques de blessure. Bref, portes ouvertes pour les microorganismes et donc les infections. Il y aurait encore beaucoup de choses à rajouter, mais je finirais juste en précisant que le mouvement de va et vient lors de la remise à l’eau, contrairement aux idées reçues, est la plupart du temps inutile et peut même s’avérer néfaste: un poisson conscient et respirant normalement n’a pas besoin qu’on l’aide à faire circuler l’eau sur ses branchies, on risque au contraire de perturber cette circulation en faisant du va et vient.

    Enfin, ne surtout pas croire qu’une perche ou un bass est plus fragile qu’un brochet car plus petit! Le brochet est un des poissons les plus fragiles qui soient, aussi bien en ce qui concerne le facteur oxygène que le stress et la sensibilité à la manipulation. Il mérite autant voire encore plus d’attention que les percidés et centrarchidés…

    Encore bravo pour l’initiative et la qualité de cet article.

    • Merci Greg pour ce complément d’infos. Nous ferons d’autres articles en ce sens plus pointue avec plus d’infos sur des thématiques plus ciblées. Ici nous sommes resté vaste pour toucher le grand publique.
      A+

  4. Bel article merci du conseil et du partage

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*