Infos !
Accueil \ Conseils \ Pêche du silure en fireball, tout connaître sur cette technique
Pêche du silure en fireball, tout connaître sur cette technique

Pêche du silure en fireball, tout connaître sur cette technique

La pêche du silure en fireball est une pêche verticale pratiquée depuis un bateau ou float tube, elle consiste a présenter un vif armé d’un plomb et d’hameçons à l’aplomb de l’embarcation.

Le montage silure en fireball

Elle est assez simple, un plomb de 100g à 300g avec un hameçon simple fixe ou articulé par rapport au plomb et une empile (morceau de tresse de gros diamètre) armée d’un hameçon triple. Toutes les marques silure en proposent.

montage-fireball-silure

Montage fireball madcat

montage silure en fireball

Montage fireball Black Cat

On peut aussi aisément fabriquer ses propres montages pour le silure en fireball en coulant ses plombs. Ou tout simplement en fixant sur un gros anneau brisé, un plomb, un hameçon simple et une empile. L’important c’est d’utiliser du matériel robuste. Personnellement j’utilise de la tresse 100/100 et des hameçons triples owner ST66 qui sont très piquants et ultra résistants.

silure-fireball

Montage maison pour le silure en fireball (photo S.Lepage)

Les vifs

On utilise le plus souvent des vifs de 300gr à 1kg. Ma préférence va vers les carassins et les tanches car ils sont résistants et facile à conserver. Les carpeaux, brèmes, chevesnes ou gardons font de très bon vifs. On peut même utiliser un poisson mort à défaut de vif.

pêche silure au vif

vifs pour le silure (photo S.Lepage)

L’eschage du vif 

On vient positionner l’hameçon simple au niveau de la tête du poisson. Je passe en général dans la bouche et traverse au niveau de la narine. On positionne ensuite le triple au niveau de la dorsale, sur le flanc ou sous le ventre. J’aime le placer assez bas sur le poisson, le silure arrivant le plus souvent par le dessous ou par derrière. Je pique l’hameçon dans une partie dure (près d’une nageoire) pour éviter qu’il ne se défasse trop facilement.

Je conseille également de piquer une pastille sur le simple pour limiter le risque de sortie de l’hameçon, il en existe à la vente, mais un bout de caoutchouc un peu épais fait très bien l’affaire.

montage silure en fireball

Montage pour la pêche du silure en fireball

Le combo idéal

Pour se faire il faut une canne courte (2.40 maxi) et puissante (100/200g minimum). Mais aussi un moulinet robuste (taille 5000 mini) avec un frein puissant, garni d’une tresse de gros diamètre (35/100 mini).

Pour une pêche à la main une tresse de 50/100 est plus adapté (ferrage plus puissant qu’à la canne et meilleure tenue en main).

L’utilisation d’une canne à fil intérieur est idéale si on pêche fil à la main. J’utilise une canne Black Cat inliner light 2.10m de puissance 100/200g et un moulinet Caperlan Kahos 5000 avec une tresse 50/100.

L’écho sondeur :

Pour la pêche du silure en fireball le sondeur est quasi indispensable, car il vous permet de connaitre la profondeur et de prospecter les zones intéressantes. Par exemple de constaté la présence ou non des silures, d’observer leurs réactions mais également de voir à quelle profondeur évolue votre montage.

Sur cette capture d’écran on voit les poissons en 1, qui semblent actifs, ils sont décollés du fond. En 2 le leurre rentre dans le cône et sur un léger relâché on distingue le silure qui se redresse pour prendre le leurre en 3.

On a l’impact du ferrage en 4 avec le poisson qui sort instantanément de la détection. La zone 5 correspond aux parasites de la tresse et du palmage, l’action s’étant déroulée en float tube.

silure en fireball verticale

Screen shot pêche du silure en fireball

Nous avons deux sondeurs, un Lowrance Elite 9 TI et vieux Humminbird 797SIDI qui possèdent plusieurs faisceaux. On utilise simultanément les fréquences 83 et 200kHz en écran partagé. Ce qui me permet d’avoir 2 angles de faisceaux différents. La 83kHz est assez large (60°) pour une vue d’ensemble. Et la 200 kHz (20°) donne des informations précises sur mon montage.

sondeur-lowrance-elite-9

Cône de détection sondeur

Les principaux réglages de l’échosondeur :

La vitesse de défilement doit être au maximum afin d’avoir un rafraichissement de l’image le plus rapide possible. Cela vous permettra d’apprécier au mieux la position de votre vif par rapport au silure.

Régler la sensibilité au minimum vous permettant de voir votre ligne. Votre sondeur envoie des ondes vers le fond et en fonction de la vitesse et de l’intensité à laquelle elles reviennent, il détermine la profondeur et la densité de l’obstacle rencontré. Plus la sensibilité est forte et plus la quantité d’ondes envoyée est importante, or ces ondes émettent du bruit ou des vibrations que les poissons ressentent (mettez votre tête dans l’eau sous votre échosondeur et vous verrez). Donc plus la sensibilité est faible plus vous serez discret.

L’échelle peut être en mode automatique, mais ce n’est pas très précis. Par exemple, si le fond est de 6m, l’échelle auto va se mettre sur 10m. Donc vous verrez sur votre écran 6m de couche d’eau et 4m de couche de fond qui est inutile, vous n’utiliserez donc que 60% de votre écran.

L’idéal est de régler soi même l’échelle au mètre près, ce qui permet de ne voir que la couche d’eau. Vous aurez ainsi plus d’espace sur l’écran entre votre appât et le fond. Donc voir la position du silure par rapport à votre appât plus précisément.

Le clonk

C’est une pièce de bois permettant d’émettre des sons dans l’eau qui éveille la curiosité du silure. Il n’est pas évident à faire sonner et chaque modèle nécessite un maniement différent.

J’utilise un clonk Magic silure de Tony Lorton qui selon moi et beaucoup d’autre est le plus simple à utiliser.

clonk-magic-silure

Clonk magic silure (photo T.Lorton)

L’embarcation :

Un float tube peut faire l’affaire si la zone à couvrir n’est pas immense et qu’il n’y a pas de trop longs secteurs inintéressants à traverser. Pour cela il faut que quelqu’un puisse vous déposer au point de départ de la dérive et vous récupérer au point d’arrivée. L’idéal est de pratiquer à 2 float tubes et de laisser une voiture au point d’arrivée avant de se rendre au point de départ avec la seconde.

silure en fireball

Silure en float tube

Attention cependant à ne pas oublier les clés de la voiture aval dans la voiture amont, oui ça nous est déjà arrivé et plusieurs fois même! ah l’excitation de la pêche…

L’idéal est un bateau avec un moteur thermique pour les déplacements importants et équipé d’un moteur avant i- pilot permettant de compenser le vent et de ralentir ou de stopper la dérive dans le courant.

Où pêcher au silure en fireball

On recherche principalement les fosses et les irrégularités du fond. La profondeur dépend de la rivières, en effet, lorsque je pêchais la Meuse près de Charleville Mézière, je me contentais de 4m de profondeur. Maintenant, sur la Saône près de Lyon je ne pêche jamais moins de 7m. Tout est relatif mais on cherche les zones les plus profondes et là aussi le sondeur est très utile.

L’action de pêche :

Le principe est assez simple, il s’agit de descendre la rivière à la vitesse du courant ou un peu moins vite, tout en présentant son montage à la verticale. L’idéal est de caler son vif entre 50cm et 1m au dessus du fond. Il peut être intéressant de pêcher plus loin du fond lorsque les silures sont disposés à monter facilement dans la couche d’eau.

Il est pratique de pêcher sous la sonde de son sondeur pour voir évoluer son vif et le présenter au mieux. C’est là que pêcher à la main présente un gros intérêt, car il plus facile de rester sous la sonde et d’être réactif pour monter et surtout descendre son montage rapidement. Je trouve également le ferrage à la main plus puissant et plus efficace.

Je préfère retarder légèrement le ferrage lorsque les conditions le permettent (dérive pas trop rapide). Cela permet d’éviter des ratés surtout si le vif est de taille importante. Il arrive qu’un silure se saisisse du vif puis le relâche et le reprenne plus franchement.

La pêche à la main

Lors d’un ferrage à la main, et c’est la même chose au vers, il faut gérer la transition entre contact avec le poisson à la main et contact à la canne. Mieux vaut en effet éviter de relâcher la tension de la ligne, au risque que le poids du plomb redescendant ne permette au silure de se dépiquer. J’accompagne donc le démarrage du silure avec la main tout en attrapant la canne et ne lâche la ligne qu’une fois la canne sous tension.

Bien sûr pour pêcher à la main, il est indispensable de porter des gants au risque de se faire découper les mains par la tresse. Personnellement, je ne ferre qu’à une main mais certains se servent des 2. J’utilise malgré tout 2 gants lorsque je clonk. En effet, je préfère tenir ma ligne main droite mais je clonk également main droite. Donc lorsque je clonke, je bascule la ligne dans l’autre main.

La tresse passe entre mon pouce et mon index, puis descend derrière mon majeur et enfin devant mon annulaire et mon auriculaire. Cela me permet d’avoir une bonne tenue de la ligne en main mais également de relâcher la ligne rapidement en ouvrant la main.

Les principales animations pour le silure en fireball

Vous allez constater que la plupart du temps, les silures montent viennent voir l’appat puis redescendent sans même y toucher. Et oui le silure n’est sans doute pas ce monstre qui avale tout ce qui passe à la portée de sa gueule…

La stratégie de la fuite :

Lorsque le silure monte sur votre vif, cette animation consiste à remonter votre ligne progressivement pour le forcer à le suivre. En générale, plus il montera haut et plus il y a de chance qu’il attaque.

Le relâché :

Un des classique consiste à positionner son vif plus haut dans la couche d’eau 6/7m de profondeur dans 10m d’eau et lorsqu’un echo décolle du fond, laisser descendre la ligne le plus vite possible avant de bloquer la ligne juste au dessus de l’écho. Cela peut déclencher une touche réflexe et souvent violente ! On peut également juste après avoir bloqué la ligne, la remonter d’un mètre immédiatement.

Faire taper le plomb au fond :

Cette autre technique consiste à relâcher la ligne et venir faire taper le plomb sur le fond puis relever immédiatement d’un mètre. C’est une technique que j’utilise lorsque rien ne semble réagir au clonk. Bien souvent l’action fait réagir et décoller des silures.

On peut également mixer cette technique avec la stratégie de fuite. Le silure monte en suivant votre montage mais ne le prend pas. Essayez de le faire monter le plus haut possible et lorsqu’il arrête de suivre et redescend vers le fond, relâchez la ligne jusqu’à frapper le fond et redécollez d’un mètre. Le bruit du plomb frappant le fond va l’énerver et peut déclencher l’attaque.

Pêcher près du fond sans échosondeur et sans clonk :

Vous venez de faire une dérive, vous avez vu des silures décollés, mais tout ce que vous avez essayé est resté infructueux. Essayez de repasser sans échosondeur, et laissez votre ligne descendre à 50cm du fond. Puis reprenez contact avec le fond tous les 10m de dérive environ.

Il arrive en effet sur des zones à forte pression de pêche, que les silures (surtout les gros) se méfient du bruit du clonk ainsi que de celui de l’échosondeur.

Merci à Benoit pour les conseils. N’hésitez pas à partager vos photos et vos expériences avec nous !

Articles pouvant vous intéresser :
– Nouveaux catalogues de pêche 2018
– Tout connaitre de la pêche du silure en verticale au vers

Partenaires Raise Fishing : Decathlon Metz / Rodhouse.fr / Caperlan / MC Technologies HMF.com / Clee Fishing

2 commentaires

  1. Merci beaucoup pour ces conseils vraiment bons…on sent que cette peche est une passion et tu parle en connaissant tres tres bien le sujet…je vais mettre en pratique ces differentes techniques …

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*